Exposition Fashion Mix: prolongation

les_youssoupoff_img250px.jpg
Félix et Irène Youssoupoff
Archives Ofpra

Cette exposition raconte une autre histoire de l'immigration et des exils, celles d'hommes et de femmes, artisans, créateurs, contribuant à faire la renommée de Paris, capitale internationale de la mode.

Les réfugiés ont contribué de façon importante à cette histoire. Ainsi, lorsque plus de 100.000 réfugiés russes s'installent en France après 1924, le style russe est déjà à la mode à Paris et certains d'entre eux, pour sortir de leur précarité financière, utilisent cet engouement pour le style slave. Les femmes, notamment, s'investissent dans la confection d'accessoires de décoration et de mode, créant par exemple des ateliers de broderie. Dirigés par des aristocrates, ces ateliers emploient des réfugiées russes d'origine plus modeste et revendent leur production aux maisons de coutures parisiennes.

Ainsi les archives de l'Office permettent-elles d'évoquer le statut de la grande duchesse Maria Pavlovna, cousine de l'empereur Nicolas II, qui créé la maison de broderies Kitmir, travaillant presque exclusivement pour la maison Chanel, ou celui des époux Youssoupoff, fondateurs de la maison Irfé en 1924 et d'une école russe des arts appliqués.

C'est de Hongrie que venait une autre réfugiée, Catherine de Károlyi, enregistrée comme réfugiée à l'Ofpra en 1948, qui, sans moyens pour faire des études, apprend le métier de la mode en travaillant dans des maisons de confection avant de dessiner ses propres modèles. Elle devient, en 1967, créatrice chez Hermès où elle invente la fameuse ceinture fermée par une boucle formant le H, la "53H". Voir la fiche la concernant dans la galerie "Réfugiés célèbres.

L'exposition évoque aussi la figure d'une "petite main", la réfugiée arménienne Aroosiag Mikaelian, dite Mike, qui contribue par son talent à travailler la maille au succès d'Elsa Schiaparelli, succès qui fut si important que Mike dut recruter de nombreuses compatriotes pour honorer les commandes.

Enfin, l'école espagnole de la mode permet d'évoquer la figure de Paco Rabanne, né Francisco Rabaneda Cuervo, qui fut réfugié espagnol enregistré à l'Office central des réfugiés espagnols puis à l'Ofpra de 1945 à 1981, l'année du retrait général du statut aux réfugiés espagnols.

fashion_mix_img_petite.jpg

 

Mode d'ici, créateurs d'ailleurs

Mardi 9 Décembre 2014 – Dimanche 28 Juin 2015

Fashion Mix est conçue par le Musée de l’histoire de l’immigration, avec le Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris et réalisée à partir des collections du Palais Galliera et des documents réunis par le Musée de l’histoire de l’immigration. Commissaire général de l'exposition : Olivier Saillard, Directeur du Palais Galliera. Commissariat associé : Musée de l'histoire de l'immigration : Aude Pessey-Lux, directrice du service Musée, et Isabelle Renard, responsable des collections d’art contemporain, assistées d’Elsa Rigaux. Palais Galliera : Alexandre Samson, assistant d’Olivier Saillard, et Corinne Dom, responsable de la régie des œuvres.

www.histoire-immigration.fr

Plan du site